La (triste) realite du voyage.

Publié le par East Way

Eastway est toujours vivant, que dire de plus ?
On s'empate dans la vie a Athenes comme des retraites dans la monotonie d'un repos d'apres-vie.

Comme le present semble brimant a n'en plus pouvoir, je vous fait un bilan technique jusqu'a l'heure actuelle.

Nice, on  perd notre premier objet : un outil multi-fonction d'une grande valeur qui devait nous servir a reparer nos velos pendant tout le voyage. Finalement sa perte nous derange moins que les 40 euros qu'il a coute.

Rome, on perd un anti-vol lui aussi d'une grande valeur. Depuis, on se satisfait des 2 kilos en moins a transporter.

Athenes, on se fait d'abord voler l'appareil photo de Charlie. On a toujours le mien, tout va bien. Au meme endroit, on perd notre trousse de secours a velo, contenant chambre a air, piles de secours, rustines de secours, tout notre materiel de secours en somme. " On s'en fout ! on rachetera tout ! "
Plus tard, on se fait voler encore :
- Les trois quart de nos vetements ;
- 9 balles de jonglage ;
- Notre trousse de toilette ;
- Notre sacoche contenant cable, adaptateur et appareil de recharge (mon appareil seul devenant inutile, donc plus de photos) ;
- Le livre de jeu de role ;
- Les des de jeu de role (dont le de du destin, ceux qui savent de quoi il s'agit partageront mon chagrin) ;
- Mon porte-monaie que je conservais jalousement depuis cinq ans, que l'on m'avait offert ;
- Le sac de Charlie contenant : Shuriken, camping-gaz et autres objets qui comme tout le reste, se sont reveles completement inutiles ;
- La trousse de secours, contenant moults medicaments, pansements, anti-biotiques et autres ;
- Nos deux paires de rangers ;

La pluie, le vent, et un certain manque d'attention rend inutilisable notre tente. Tout l'interieur s'en retrouve trempe et moisi. Il en va de meme pour le cahier dans lequel je tenai mon carnet de voyage.
Nous dormons depuis dans la tente de secour, trop etroite pour etre confortable a deux.
Autant dire que tout ce qui semblait etre important au debut du voyage, ne l'est en fait pas vraiment : rien de tout cela ne nous manque. On continu de laisser a notre campement le reste de nos biens, au risque de se retrouver un soir sans  duvets, voir sans tente.

On jongle a n'en plus pouvoir, on en devient meme des fou du jonglage, voir des pros. On se fait connaitre par pas mal de gens grace a nos "fire show". On rencontre tous les jongleurs possibles et imaginables. Athenes n'a plus de secret pour nous, et nous dilapidons notre monaie en de futils caprices. On perd toute notion d'argent, tellement nous gagnons au feu rouge. "Alors c'est ca d'etre independant ? De gagner sa vie sans l'aide de personne ? Si j'avais su..."
On en arrive a passer chacun une nuit sur deux dans la tente. On passe l'autre nuit dans un cybercafe a jouer a ce bon vieux World of Warcraft. Car meme dans ce periple, si l'occasion nous est donne, nous restons ce que nous avons toujours ete.

Voila, vous savez tout. Le "vrai" voyage reprendra mi-Avril, quand nous quitterons Athenes pour la Turquie.

Commenter cet article

Marie Bonnet 13/03/2010 18:17


Coucou Léopold,

Vos photos sont magnifiques ! Vous êtes magnifiques.

Nous pensons bien à toi, à vous, de Paris, où tout va bien. Il a fait froid et neigeux, mais ici les enfants ont été courageux.
Marie-Maguelone a 7 ans cette semaine, Pierre-Octave a fêté ses 4 ans.

Grosse bise, courage pour continuer le chemin sans le matériel de base,

Quelle aventure !

Marie


GP&GP 14/02/2010 10:21


Lors de votre départ, vous comme nous savions que les difficultés feraient partie de vos bagages et nous constatons que vous n'avez pas été épargnés. Attention, vous semblez être sur le chemin du
complet dénuement et cela est un peu inquiétant bien sûr pour nous, parents et amis, même si vous semblez maîtrisez la situation; prenez garde!
N'oubliez pas aussi que le sommeil, l'hygiène et la nourriture du corps et de l'esprit font aussi partie des bagages, espérons que vous sauvegarderez au moins cela.
Par ailleurs sachez que les parents et amis seront toujours présents, bon courage à vous deux, quant-à toi Charlie, quelques nouvelles nous feraient plaisir. ton Panda s'ennuie.


mum 11/02/2010 19:24


La tonalité de ce dernier message est bien déprimante, et déprimée; en résumé, plus rien n'a de sens, ni de valeur... tels hannibal s'attardant dans les délices de Capoue, (et conséquemment perdant
la guerre et annulant la valeur de toute sa conquête), vous vous engluez dans un hiver qui n'en finit pas et qui va durer encore longtemps; ce qui est nul, c'est que le plan "olives" soit tombé à
l'eau: avec le travail, la nature et les relations, vous auriez repris pied dans la réalité; au lieu de quoi, vous glissez et la seule buttée pourrait être que votre projet parte en fumée, avec les
vélos et toute votre matériel, dont l'utilité n'était pas pour l'Europe, mais pour ce qui suit...attention, ce que vous devenez dépend de vous...vous avez mieux à faire que de vous clochardiser...


East Way 12/02/2010 21:00


Gna gna gna. On est heureux, libres, sans plus aucune attache materielle, et riches. Que demander de plus ?
Quand au plan olives, on aurait bien voulu y aller mais ca n'a pas ete de notre ressort.


brigitte 10/02/2010 21:03


et les olives?


East Way 11/02/2010 11:21


Finalememt le plan des olives est tombe a l'eau.


Sacha 10/02/2010 17:05


Ah des nouvelles! On dirait que votre moral n'est pas au plus haut en ce moment, mais je me fais aucun souci pour vous. Continuez tranquilement a vivre votre vie de clochards retraités le temps que
l'hiver passe. Le printemps arrivera bientot, vous pourrez vous remettre a pedaler ca vous fera du bien.

Quand votre vrai voyage aura repris j'essayerai de venir vous voir une derniere fois en turquie, car on rigole bien quand meme quand on est tous les quatre!

Demain levez vous tot, vous faites 200 euros et vous rachetez du materiel pour l'appareil photo!

Allez bon courage, j'espere qu'on se revoit bientot.