Italie, nous voici.

Publié le par East Way

Quelques jours passés à Nice, jonglant joyeusement sous les dernières lueurs du soleil d'automne.
Petite visite de Ségolène, descendue de Toulon pour passer une soirée avec nous.
Nous fimes la rencontre de Benjamin, as du jonglage, avec lequel nous sommes parvenus à transformer une partie de la place Macena en une vaste aire emplie de jongleurs.

Départ pour monaco, passage sans grand interet.
Le lendemain, à nous le pays des pates et des pizzas ! Au reveil d'une première nuit italiene, on se fait gentiment dégager par un flic des plus aimables. Notre chemin se poursuit en direction de la ville de Gennes (Genova).

Genova, c'est vraiment tout pourri : ville morose et sinistre aux allures déchues d'une ville fantome. De surcroit, tout le monde dans ce pays parle un dialecte incompréhensible.
A la nuit tombée sur Genova et suite à une idée lumineuse de Charlie, nous établissons notre campement sur un trottoir en plein centre ville. Une pluie torrentielle innonde les rues et notre tente avec. L'intégralité de nos affaires trempées, nous partons en hate le matin (toujours sous la pluie, bien sur). Nous trouvons refuge une trentaine de kilomètres plus loin, sous un pont. Bercés par les passages réguliers des trains qui circulent sur la voie ferrée au dessus de nous, on se met en tete de sécher les affaires. Le froid nous pousse à entreprendre un feu de camp à l'intérieur de la tente (si si, jettez un oeil à la photo, celle ou on y voit presque rien à cause de la fumée). La nuit passe, les trains aussi, et nous repartons.

Au soir, dans la petite bourgade de Sestri Levante, Leopold tombe malade et vomit trippes et boyaux. S'en suivent deux jours de gastro, après lesquels Charlie tombe malade à son tour. Deux jours supplémemtaires de convalescence, dans nos trois mètres carrés de tente. La pluie nous immobilisera pendant encore trois autres jours.

Une  nouvelle acquisition améliore grandememt notre confort quotidien (déjà fort satisfaisant) : le réchaud ! Cet outil formidable nous permet désormais de manger des pates trois fois par jour, et pour varier les plaisirs, parfois de la semoule.
Tandis que nous continuons vers La Spezia, l'évidence meme nous heurte : l'Italie c'est montagneux, et la promenade de santé se poursuit au travers d'innonbrables territoires aux reliefs épuisants.
Arrivée à La Spezia.

Les évènements météorologiques et autres nous ayant passablement ralentis, nous avons fait une croix sur notre passage à Venise.

Bilan : on rigole bien, et bonne nouvelle : c'est bien parti pour continuer !!!

Comme d'hab' : mise à jour des divers albums photo.

Commenter cet article

yonghee 14/11/2009 19:11


faites attention a vous
pleins de bises...


Sachasseur 13/11/2009 01:24


Par contre leop et charly nous donnez pas de rendez vous sinon c'est plus une chasse! Continuez juste a faire comme depuis le debut tenez pas compte de nous :) On vous chopera oui on vous chopera
en pleine nuit ahahahah


Sachasseur 12/11/2009 23:06


Que la guerre commence! Allez voir mon blog : http://hunt-eastway.over-blog.com

:)


East Way 17/11/2009 19:06


Oui, que la guerre commence ! On vous attend de pied ferme !


terral 12/11/2009 00:59


vous régalé autant pour les photos ke pour les rencontre et aussi pr les endroits ou vous dormé ^^.bonne chance et bon courage les gars!!!


mum 11/11/2009 19:15


petite précision géographique: l'Italie a sur toute sa longueur, une sorte d'épine dorsale montagneuse qui culmine au centre à près de 2900 mètres d'altitude...ce sont les Apennins; pour aller de
la méditerrannée à l'adriatique et aller jusqu'à Bari, il va falloir traverser....regardez bien la carte...pour trouver les cols les plus bas...pour éviter la neige, sinon, bon courage pour la
suite, je vois que vous êtes rompus à toutes les épreuves, mais ça fait du bien d'avoir de vos nouvelle! Bises à vous deux